Un atelier de formation sur la conservation des archives s’est tenu à l’Institut des Etudes Ethiopiennes [en]

Un atelier de formation sur la conservation des archives s’est tenu à l’Institut des Etudes Ethiopiennes (IES), au sein de l’Université d’Addis Abéba, du 21 au 25 octobre 2019. Ce séminaire a accueilli 28 participants de 10 institutions différentes, sélectionnées pour leurs fonds d’archives importants : l’Autorité de Recherche et de Conservation du Patrimoine Culturel (ARCCH), l’Institut des Etudes Ethiopiennes (IES), l’Autorité de préservation de la vie sauvage (EWCA), l’Agence Nationale Ethiopienne des Archives et Bibliothèques (ENALA), l’Administration du Palais National, le Ministère des Affaires Etrangères, et les Universités de Wollega, Jimma, Dire Dawa et Mekelle. Il a été organisé en partenariat et avec le soutien de IES, ENALA, Campus Condorcet, l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), le Centre Français des Etudes Ethiopiennes (CFEE) et l’Ambassade de France en Ethiopie.

Ce séminaire s’inscrit dans un programme plus vaste d’appui à la valorisation du patrimoine éthiopien, financé par le Gouvernement Français depuis 2019, et piloté par l’Ambassade de France en Ethiopie. Il est le second d’un parcours de formation en gestion des archives. Au-delà du renforcement des compétences et des institutions, ce parcours permet de mettre en place un réseau efficace et professionnel d’archivistes en Ethiopie. Les prochains ateliers seront organisés en 2020 sur la classification et la digitalisation des archives.

Les archives sont les traces et les preuves du passé. Elles constituent un outil essentiel pour la mémoire et la culture, et reflètent les activités des hommes et de leurs organisations à travers le temps. Sans les archives, nous n’aurions pas de mémoire, ni de connaissance du passé, ni d’identité. Une gestion efficace des archives est également à la base d’un gouvernement efficace, transparent et redevable. L’accès de tous les citoyens aux archives publiques est un principe démocratique fondamental. Enfin, les archivistes jouent un rôle majeur, souvent méconnu, dans toutes les sociétés. Ils évaluent et choisissent l’information qui sera transmise aux générations futures. Ils bâtissent la mémoire collective pour la société et les citoyens de demain. Ils choisissent ce qui constituera le patrimoine de demain.

Dernière modification : 31/10/2019

Haut de page