Termes de référence - Etude d’identification de projets dans le secteur de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en Ethiopie [en]

Pays : Ethiopie
Date de démarrage souhaitée : février 2020
Durée de la mission d’évaluation  : 6 semaines
Date de livraison : mi mars 2020
Sous la responsabilité : Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Ethiopie

Objectif global de cette étude

Dans le cadre de la stratégie "Bienvenue en France" présenté par le Premier ministre français en novembre 2018, le développement de partenariats universitaires en Afrique est une priorité de la coopération française.
Dans la perspective du lancement d’un programme qui permettra de financer le développement de ces partenariats universitaires, une étude sera menée afin d’identifier les secteurs de coopération universitaire pertinents en Ethiopie. Dans une logique privilégiant à la fois la consolidation de l’offre éthiopienne d’enseignement supérieur et l’influence universitaire en Ethiopie, la co-construction de formations conjointes et codiplomantes avec des établissements français est recherchée. Elle devra correspondre aux besoins du développement socio-économique de l’Ethiopie et à la valeur-ajoutée de l’offre de formation française.
Cette étude permettra :
• de produire une analyse des politiques publiques mis en oeuvre par le gouvernement éthiopien dans le domaine de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ;
• d’établir une cartographie des programmes de coopération internationaux existants dans ce secteur et des modèles mis en oeuvre : niveaux d’étude, secteurs d’intervention, politique de bourses, co-diplomation, création d’antennes éthiopiennes d’institutions universitaires internationales ;
• de proposer des recommandations sur les secteurs de coopération scientifique et universitaire où la France pourrait utilement se positionner.

Les différentes composantes de l’étude

Analyse des politiques publiques éthiopiennes d’Enseignement supérieur, de recherche et d’innovation
Cette première partie vise à décrire les processus nationaux de définition des orientations stratégiques des politiques publiques en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation. Il s’agit d’apporter des clés de compréhension sur la stratégie et les secteurs prioritaires définis par le gouvernement éthiopien.
• Définition des orientations stratégiques des politiques ESRI (identification des autorités nationales en charge de la définition des politiques ESRI, financement des politiques et procédure d’évaluation)
• Analyse du Growth and Transformation Plan et de l’Education Sector Development Programme V (ESDP V) et identification des secteurs prioritaires. Analyse de l’évolution de la politique ESRI et des secteurs prioritaires en comparaison avec le précedent GTP.
• Politique de mobilité entrante et sortante : décrire les politiques d’accueil des étudiants, enseignants et chercheurs étrangers ainsi que les politiques en soutien de la mobilité internationale des étudiants, enseignants et chercheurs nationaux et identifier les principales institutions qui ont pour mission de promouvoir et de faciliter la mobilité entrante et la mobilité sortante

• Organisation de l’enseignement supérieur en Ethiopie et état des lieux des organismes en charge de la recherche et de l’innovation
• Gouvernance de l’ESRI éthiopien : répartition des compétences entre niveau fédéral et régional

Réseau universitaire éthiopien

Cette seconde partie est consacrée au réseau universitaire public et privée. Il s’agit d’avoir une cartographie des universités dans le pays.
• Réseau universitaire public : Fiche de présentation pour chacune des 50 universités existantes (date de création, historique, organigramme, nombres d’étudiants, nombres d’enseignants, filières d’enseignement, secteurs prioritaires, coopérations existantes, contacts, classement relatif en termes d’excellence).
• Etat des lieux des universités privées et des TVET publics et privés en Ethiopie et fiche de présentation pour chacun de ces établissements (date de création, historique, financeurs, investisseurs, organigramme, nombres d’étudiants, nombres d’enseignants, filières d’enseignement, secteurs prioritaires, coopérations existantes, contacts).
• Analyse de l’employabilité des différents secteurs de formations (selon le type de secteur et le type d’appui (bourses ou autres), taux d’accès au marché du travail des diplômés)

Etat des lieux des programmes de coopération
Cette dernière partie est consacrée au recensement des coopérations existantes entre établissements d’enseignement supérieur français et éthiopiens et à l’analyse des stratégies développées par la concurrence internationale.
• Etat des lieux des projets de coopération universitaires existants (depuis ces dix dernières années) entre des EES français et éthiopiens.
• Recensement des ESR français manifestant un intérêt particulier pour se positionner sur le continent africain et plus particulièrement en Afrique anglophone.
• Analyse de la concurrence internationale : cartographie des différents programmes de coopération éducative/enseignement supérieur mis en place en Ethiopie par les différents pays (Allemagne, Chine, Corée, Japon, Turquie, Arabie Saoudite, Canada, Etats-Unis, DFID, Education Above All Foundation) : secteurs prioritaires, niveaux d’études ciblés, programmes de bourses, volume de ces programmes, financement, implantation de centres universitaires, lien éventuels avec implantations d’écoles internationales.
• Analyse de la concurrence internationale : cartographie des différents programmes de coopération éducative/enseignement supérieur mis en place en Ethiopie par les différents bailleurs multilatéraux / organisations internationales (UNESCO, UE, DAG, UNICEF, Banque Mondiale, Banque Africaine pour le développement, PNUD, Global Education Fund).

Résultats attendus

Au terme de cette étude sectorielle, l’Ambassade de France disposera d’une analyse des politiques publiques mises en œuvre en Ethiopie dans le secteur de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et d’une cartographie des différents établissements d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi que des programmes de coopération existants, française et inetrnationaux. Des recommandations sur les secteurs prioritaires d’intervention, les modalités d’action et les ESR français seront proposées.

Livrables et calendrier

Un comité de suivi sera en charge de l’orientation et de la validation des livrables. Il est composé du Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, de l’attachée de coopération éducative de l’Ambassade de France et de la chargée de mission Enseignement supérieur et attractivité de l’Ambassade de France, ainsi que de représentants de la société en charge de mener l’évaluation.
Premier livrable
Un premier rapport d’exécution de la mission d’évaluation sera remis un mois après la conclusion du contrat. Il fera l’objet d’une restitution auprès du Comité de suivi. Cette restitution permettra entre autres de recueillir les remarques et observations des différentes parties prenantes au projet pour les intégrer au rapport final.
Deuxième livrable
Un rapport final provisoire d’exécution de la mission d’évaluation (30 pages maximum – hors annexes qui seront composées d’une fiche de présentation pour chaque établissement d’enseignement supérieur) qui couvrira l’ensemble des points détaillés dans les termes de référence. Ce rapport final sera accompagné d’une note de synthèse de 3 pages maximum.
L’envoi du rapport final de la mission devra être effectué dans les 6 semaines suivant la signature du contrat.
Une restitution du rapport final sera organisée et à laquelle seront conviés les membres du comité de suivi.
Toute la documentation afférente au projet sera également remise aux membres du comité de suivi.

Modalités de l’étude / Méthodologie

L’Ambassade de France en Ethiopie et auprès de l’Union africaine s’engage à fournir toute la documentation dont elle dispose, notamment concernant les partenariats existants entre EES français et éthiopiens dont elle a connaissance. L’étude s’appuiera naturellement sur des entretiens et sur un recueil d’informations auprès des institutions partenaires.
Une clause de confidentialité sera incluse dans le contrat.

Financement et profil du cabinet d’étude recherché

Le budget maximum disponible pour cette évaluation s’élève à 10 000€ TTC.
Un cabinet d’étude aux profils de compétences variées est nécessaire pour cette étude. Les experts mobilisés devront justifier d’une expérience et de connaissances dans les domaines suivants :
- Etudes sectorielles ;
- Collecte de données / Cartographie ;
- Connaissance du système éducatif en Ethiopie

Le cabinet pourra s’adjoindre une expertise académique.

Confidentialité et contractualisation

Le cabinet d’étude recruté proposera un contrat dans lequel une clause de confidentialité aura été intégrée.
Le paiement sera effectué en trois fois de la manière suivante : 30% au moment de la signature du contrat, 30% lors de la remise du premier livrable et 40% lors de la remise du rapport final.

Dernière modification : 11/02/2020

Haut de page