Signature de deux conventions entre l’AFD et l’Éthiopie

En présence de Brigitte Collet, Ambassadrice de France en Éthiopie et auprès de l’Union africaine, le ministre éthiopien des Finances et de la Coopération économique, Ato Abdulaziz Mohammed, a signé deux conventions de financement avec Anne Chapalain, Directrice régionale a.i. de l’Agence française de Développement à Addis-Abeba, pour un total de 75 millions d’euros, le 28 juillet 2016.

PNG

L’Ambassadrice a saisi cette occasion pour faire le bilan devant la presse du développement remarquable du soutien de la France à l’Éthiopie à travers l’AFD, au cours de ces quatre dernières années.

• Le premier projet vise à permettre la construction du nouveau centre de contrôle national du réseau électrique haute-tension. Il est entièrement financé par un prêt bonifié de l’AFD d’un montant de 40 millions d’euros. L’électricité ne pouvant être stockée en grande quantité, la production doit en permanence être ajustée à la demande pour prévenir le risque de coupures sur le réseau. Cette répartition en temps réel de l’électricité en fonction des besoins est assurée par un centre de contrôle du réseau électrique national. Au regard de la très forte croissance de la production, de la consommation et de l’exportation de l’électricité en Éthiopie ces dernières années, l’actuel centre de contrôle national conçu il y a treize ans n’est plus adapté. La construction d’un centre de gestion amélioré, et en grande partie automatisé du réseau électrique, permettra de maintenir et améliorer l’équilibre production – consommation. L’optimisation du contrôle du réseau électrique national permettra à l’Éthiopie de garantir un approvisionnement en électricité stable et de qualité à ses habitants et ses industries, mais également d’exporter une énergie propre vers les pays voisins.

• Le second projet vise à accompagner la municipalité d’Addis-Abeba dans la construction et l’entrée en exploitation de la première ligne d’autobus à Haut-Niveau de Service (BHNS) à travers un prêt bonifié de 35 000 000 euros. Le BHNS est l’un des composants majeurs du système de transports publics durables promu par la municipalité. Il consiste à proposer un service de transport collectif d’autobus offrant une vitesse supérieure aux autres modes, vitesse que garantissent la construction d’une voie spécifique et ségréguée, ainsi que la mise à disposition d’autobus affectés à ce service. Cette première ligne pilote empruntera un trajet de 16 km. Ce projet est déjà en cours d’exécution grâce à un premier prêt bonifié de 50 000 000 euros, et devrait être livré en novembre 2018.

A travers ces deux projets, la France se félicite d’accompagner, via l’AFD, l’Éthiopie dans la mise en œuvre de son ambitieux plan de croissance et de transformation 2015-2020 (Growth and Transformation Plan – GTP II).

Depuis quatre ans, la France a accru son engagement en Éthiopie par l’intermédiaire de l’AFD :
Au cours des quatre dernières années :
-  15 projets ont été mis en œuvre,
-  Presque 315 millions € ont été investis entre début 2013 et l’été 2016, incluant 245 M€ (85%) alloués à l’État fédéral éthiopien.
-  Les déboursements de l’AFD en Éthiopie se sont ainsi accrus de 177,3 M€ entre le début 2012 et fin mai 2016 ; l’objectif de 2016 est la somme de 40 millions, dont 13,3 millions déjà versés à la fin juin.

A travers l’action de l’AFD, la France renforce la coopération entre la France et l’Éthiopie, plus particulièrement dans deux secteurs de développement : l’énergie et le développement urbain, dans lesquels la France jouit d’une solide expertise, ainsi que la cérémonie de signature du 28 juillet en témoigne.

Dernière modification : 31/08/2016

Haut de page