L’économie éthiopienne

L’ÉTHIOPIE, L’UNE DES PLUS FORTES CROISSANCES ÉCONOMIQUES DU CONTINENT AFRICAIN

Deuxième pays le plus peuplé du continent africain (près de 90 millions d’habitants), l’Éthiopie a connu, ces dernières années, une croissance annuelle proche de 10%, soit l’une des plus fortes croissances économiques enregistrées dans un pays d’Afrique subsaharienne non producteur de pétrole. Bien que ralentissant un peu, la croissance reste élevée et le FMI prévoit un taux de croissance du PIB de 7,5% en 2013/2014.

La situation macro-économique est globalement satisfaisante. L’inflation, qui s’était envolée après la dévaluation de septembre 2010 et avait atteint 40,6% en août 2011, est à présent maitrisée autour de 8,5%.

L’Éthiopie présente un solde du commerce extérieur structurellement déficitaire (-7,89 Md€ en 2013). L’une des priorités actuelles du gouvernement est donc de développer les exportations, celles-ci étant très sensibles au cours mondiaux agricoles, en particulier du café.

JPEG

Les principaux fournisseurs de l’Éthiopie sont les pays du Golfe persique (produits pétroliers), la Chine et l’Inde. La quasi-totalité des échanges commerciaux de l’Éthiopie s’effectuent par Djibouti (seul accès maritime depuis la fermeture du port érythréen d’Assab en 1998).

La part de l’Union Européenne dans les importations de l’Éthiopie est de 12,6% en 2013.

Pays éminemment agricole, le secteur primaire tient une place centrale dans l’économie et la vie sociale du pays. Il représente 44 % du PIB, 60% des exportations, 80 % des emplois. L’Éthiopie est encore très peu industrialisée et accorde à cette fin la priorité au renforcement de ses infrastructures de base, en particulier dans les domaines de l’électricité, des télécommunications et du transport.

JPEG

Depuis les années 2000, le pays s’est engagé, avec le soutien des bailleurs de fonds internationaux, dans un vaste programme de développement. Le plan quinquennal – Growth Transformation Plan (GTP) – du gouvernement éthiopien pour la période 2010-2015 – est particulièrement volontariste et s’est fixé des objectifs de développement ambitieux, notamment dans les secteurs suivants : électricité, télécommunications, transports, agriculture, eau et services urbains.

JPEG

Pour en savoir plus : http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/ethiopie/situation-economique-et-financiere

Dernière modification : 12/05/2015

Haut de page