Distinction de trois éminentes personnalités universitaires éthiopiennes

Mme Brigitte Collet, Ambassadrice de France en Éthiopie, a remis les insignes d’officier dans l’Ordre des palmes académiques à trois éminentes personnalités représentatives de l’Université et de la recherche éthiopiennes, le 11 février 2016 :

• Mme Yeshi Gebremedhin, spécialiste de didactique du français langue étrangère (FLE), docteur en sciences du langage de l’Université de Paris 8, a longtemps été chef du département de français de l’université d’Addis-Abeba. Elle est actuellement doyenne adjointe de la faculté de lettres, langues et sciences humaines de cette université. Auteure d’une thèse sur la présence de la langue française en Ethiopie, vue sous les angles à la fois historique, pédagogique et institutionnel, fondatrice de l’association des professeurs de français, elle est une militante de la Francophonie dans ce pays et une partenaire très engagée de l’Ambassade de France.

• M. Ahmed Hassen Omer, historien, formé dans les universités d’Aix-Marseille puis de Paris 1 - Panthéon Sorbonne, spécialiste de l’histoire religieuse de l’Ethiopie, est directeur de l’Institute of Ethiopian Studies de l’Université d’Addis-Abeba et directeur des publications du Journal of Ethiopian Studies, revue de référence. Il est un acteur central de la recherche franco-éthiopienne menée au Centre français des études éthiopiennes (CFEE), dont il est chercheur associé. Il a notamment co-organisé la 18e Conférence internationale des études éthiopiennes (ICES), qui s’est tenue en 2012 à Dire Daoua et a constitué, par son succès indéniable, un moment clé du partenariat scientifique éthio-français.

• M. Yonas Beyene est préhistorien, spécialiste de la relation des premiers hommes avec leur environnement, formé au Muséum national d’histoire naturelle à Paris. Ancien responsable des collections puis de la promotion de la recherche à l’Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (ARCCH), il est aujourd’hui directeur des programmes de l’Association for Conservation of Culture d’Awassa, dédiée à la promotion et la diffusion des savoirs dans le Sud de l’Éthiopie. Il co-dirige depuis de nombreuses années d’importants programmes paléontologiques et préhistoriques internationaux et a été associé à plusieurs découvertes majeures (notamment Ardipithecus et Chororapithecus).

Tous trois titulaires d’un doctorat obtenu en France, anciens boursiers du gouvernement français, francophones, ils ont gardé des liens forts avec les institutions dans lesquelles ils ont été formés. Devant la communauté universitaire d’Addis-Abeba, réunie à cette occasion, ils ont insisté sur le dynamisme de leurs relations avec les acteurs universitaires et scientifiques français présents en Ethiopie, et se sont réjouis de voir émerger une nouvelle génération de scientifiques formés en France, qui seront les animateurs de la recherche éthio-française de demain.

Dernière modification : 19/02/2016

Haut de page