Distinction de Meskerem Assegued et de Melaku Belay [en]

Mme Brigitte Collet, Ambassadrice de France en Éthiopie, a remis le 17 juin 2016 les insignes d’officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres à deux éminents représentants de la dynamique communauté culturelle et artistique éthiopienne, en présence de nombreux artistes :

Mme Meskerem Assegued, commissaire d‘exposition, dont la carrière est tout entière dédiée à la promotion d’artistes éthiopiens contemporains majeurs comme Elias Sime et Abel Tilahun, fondatrice d’une résidence d’artistes à Addis-Abeba (ZOMA), membre de plusieurs comités de sélection de festivals (Biennale de Dak’Art, Biennale de Venise…), auteure de publications sur l’art éthiopien, éminente contributrice aux échanges culturels et à l’amitié entre la France et l’Éthiopie.

M. Melaku Belay, chorégraphe et danseur virtuose, véritable ambassadeur de la musique et des danses traditionnelles de son pays, y ajoutant sa propre « vibration » et, dans une recherche permanente, la confrontant aux mouvements contemporains les plus variés, en Éthiopie comme à travers de nombreux pays où il se rend régulièrement, dont la France. Entrepreneur culturel, directeur de l’Azmari Bet Fendika, fondateur du groupe Ethiocolor, il a noué depuis des années une étroite collaboration avec l’Alliance éthio-française.

L’Ambassadrice a souligné l’attachement de la France à la promotion de la culture et de la diversité culturelle. Elle a rappelé la large définition que la déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle de 2001 donne de la culture, comme « l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social ». Elle a estimé qu’à cet égard tant Meskerem Assegued que Melaku Belay étaient emblématiques de la richesse de la culture éthiopienne, de sa volonté d’innover et de son ouverture au monde.

Tous deux se sont félicités de voir la scène artistique et culturelle éthiopienne reconnue, à travers cette distinction, par un pays à la pointe de la défense de « l’exception culturelle » et de la promotion de la diversité culturelle. Ils y ont vu un encouragement à approfondir leur travail avec le soutien des institutions culturelles de leur pays comme celui de leurs partenaires étrangers.

Lire l’article de Capital

Dernière modification : 30/06/2016

Haut de page