Coopération décentralisée

La coopération décentralisée entre la France et l’Ethiopie a fêté ses vingt ans en novembre 2011. Elle favorise les liens entre collectivités locales des deux pays qui s’associent autour de projets de développement et pour encourager les échanges culturels et humains.

- Depuis le jumelage entre Le Blanc-Mesnil et Debre Birhan en 1997, la coopération décentralisée entre les deux villes n’a cessé de se développer, permettant de nombreux aménagements urbains dans la ville éthiopienne (rues pavées, points d’eau et eau potable distribuée aux habitants 24h/24, assainissement) ainsi qu’un appui à la planification urbaine et à l’éducation.

- Depuis 2005, les villes de Lyon et d’Addis-Abeba se rapprochent en vue de la mise en place d’actions de coopération décentralisée. Elles portent notamment sur un soutien des collectivités lyonnaises (Grand Lyon) à la mise en œuvre du Plan directeur d’Addis-Abeba. Les échanges de coopération entre les deux villes se sont faits sur deux thèmes principaux : le renforcement des capacités en matière de transport et la planification urbaine ; et la gestion des déchets de la ville. Ce projet a été financé en partenariat avec l’agence d’urbanisme de Lyon SYTRAL et en association avec l’AFD suite au mémorandum de reconnaissance signé en 2009.

- La coopération entre Charleville–Mézières et Harar a débuté en 2006, sur le constat d’un héritage historique commun : le poète Rimbaud, natif de la première et résident dans la seconde. Le développement de la Maison Rimbaud et sa promotion culturelle est le principal objectif de ce partenariat. Cette coopération a favorisé des projets éducatifs communs, un soutien institutionnel à la gestion des services de santé ainsi qu’un accès à l’eau dans la ville d’Harar. Les droits de la femme sont également mis en valeur à travers des activités génératrices de revenus, une formation civique des femmes et une amélioration de l’accueil des femmes hospitalisées.

- La convention entre Dire Dawa et Villeurbanne a été signée en février 2009. Ses objectifs principaux concernent la santé, l’éducation et l’eau. Au départ, un don de lits médicalisés, de matériel chirurgical et informatique a été fait à la maternité de Dire Dawa, tout comme un don de matériel scolaire dans deux écoles. En 2011, s’est terminé un projet de construction d’un puits d’alimentation en eau potable. En partenariat avec Handicap International, le FSD a soutenu un projet de développement de l’hôpital Dil Chora de Dire Dawa, visant à l’amélioration de sa capacité d’accueil, achevé en 2012.

- Les deux villes historiques de châteaux Gondar et Vincennes ont engagé en 2010 une coopération visant sur une période de trois ans (2010/2013) un développement économique, social et durable de Gondar à travers la mise en valeur de son patrimoine culturel et touristique. Pour ce faire, le site du « Ras Ghimb », monument historique datant du XVIIIème siècle, a été choisi pour être restauré et aménagé.
Cette coopération s’organise autour de quatre volets :
- La restauration extérieure du château, qui s’est achevée en janvier 2014
- La création du musée de l’histoire de Gondar dans le château, dont l’ouverture est prévue au printemps 2014,
- La promotion des artistes, des artisans et des produits du terroir de Gondar à travers la création d’un centre d’artisanat dans l’enceinte du château, dont l’ouverture est également prévue au printemps 2014,
- La promotion de la destination touristique de Gondar, notamment à travers la publication prochaine d’un guide touristique de Gondar. Cette restauration permettra de créer des activités contribuant à créer de l’emploi, en priorité pour les jeunes et les femmes.

JPEG
Château Ras Ghimb de Gondar

Dernière modification : 10/09/2014

Haut de page