19ème Sommet de l’UA, Addis Abeba (9-16 juillet 2012)

Le 19e sommet de l’Union africaine, qui s’est tenu à Addis Abeba du 9 au 16 juillet 2012, a abouti à des décisions importantes.

"Je vous rappelle tout d’abord ma déclaration d’hier sur l’élection de Mme Dlamini Zuma à la présidence de la Commission de l’Union africaine. La France félicite chaleureusement Mme Dlamini-Zuma pour son élection au terme d’une compétition qui a traduit tout l’enjeu que l’Union africaine représente pour ses États membres. Nous lui adressons tous nos vœux de réussite.

La France félicite également chaleureusement l’ensemble des membres de la Commission de l’Union Africaine élus hier.

Depuis le premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Durban il y a dix ans, l’Union Africaine a connu des développements remarquables, notamment dans le domaine de la paix et de la sécurité. La France est attachée à une Afrique forte qui fasse entendre toute sa voix dans les instances internationales. Nous adressons tous nos vœux de réussite à l’équipe désormais en place pour qu’elle mène l’UA dans la poursuite de ses projets et le renforcement de son unité.

Au-delà de l’élection de la nouvelle Commission, ce sommet de l’Union africaine a été marqué par plusieurs événements majeurs :

1. Concernant le Mali, l’ampleur de la crise s’accompagne d’une mobilisation accrue de l’UA et de ses Etats-membres, en particulier le Tchad, qui a exprimé sa solidarité avec le Mali.

Nous saluons en particulier l’appel à la mise en place d’une commission internationale d’enquête sur l’agression contre le Président Traoré, ainsi que l’exigence de formation d’un gouvernement d’union nationale avant le 31 juillet, qui vont dans le sens de la consolidation des institutions. Celle-ci est un préalable à toute action de stabilisation et de rétablissement de l’unité et de l’intégrité territoriale maliennes.

Le dialogue avec les groupes disposés à négocier au Nord doit être entrepris en parallèle des efforts de reconstruction de l’armée malienne. Il ne faut pas opposer dialogue et action militaire, mais les mener de front.

Nous saluons le processus d’élaboration d’un concept stratégique par l’UA et la CEDEAO et souhaitons qu’il soit élaboré en très étroite concertation avec les autorités maliennes.

2. S’agissant du Soudan et du Soudan du Sud, la France salue la rencontre entre les Président Kiir et Béchir en marge du sommet. Elle les appelle à faire preuve de responsabilité pour conduire leurs pays sur la voie de la paix et du développement mutuel en parvenant à un accord global au plus vite.

La France encourage les deux pays à tirer pleinement partie du nouvel esprit de dialogue qui les anime dans le cadre de la négociation menée sous les auspices du panel de haut niveau de l’Union Africaine pour mettre en œuvre dans son intégralité la résolution 2046 du Conseil de Sécurité. Seul le règlement définitif du différend qui les oppose permettra aux deux Etats de sortir de la crise économique à laquelle ils font face actuellement.

3. Suite à la rencontre entre les Présidents Kabila et Kagame, la France salue la reprise du dialogue au plus haut niveau entre la République démocratique du Congo et le Rwanda à l’occasion de ce sommet.

La réunion de la conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) du 15 juillet, en marge du sommet, a abouti à une déclaration encourageante.

Toutes les initiatives pour faire cesser les combats et contrôler la frontière entre la RDC et le Rwanda sont les bienvenues. Dans l’intervalle la France exprime à nouveau sa volonté de voir cesser tout soutien extérieur aux groupes armés en RDC.

Nous resterons attentifs la mise en œuvre de ces propositions, dans un cadre qui reste encore à définir.

Nous encourageons toutes les initiatives bilatérales ou régionales pour trouver une issue favorable au conflit dans les Kivus.

4. Enfin, pour la première fois depuis 1995, le Président égyptien a participé au Sommet. C’est un symbole fort et la France se réjouit que l’Egypte fasse ainsi la preuve de sa volonté de s’impliquer sur le continent africain et de participer à l’unification du continent."

Déclaration du porte-parole du 17 juillet 2012

Dernière modification : 18/07/2012

Haut de page